La balance des blancs, une notion qui peut paraître difficile à comprendre, surtout pour ceux qui viennent de se lancer dans la photo ou la vidéo depuis peu, mais qui en réalité ne l’est pas vraiment. L’intérêt de faire une balance des blancs est de donner à votre image des couleurs fidèles à la réalité. On l’adaptera en fonction de la source lumineuse présente, car contrairement à nos yeux, le capteur de notre appareil n’est pas capable de s’adapter aux sources de lumières artificielles (enfin certaines sources).

(Rendu sous une lumière d’intérieur entre l’œil humain à gauche et un capteur à droite)

Pour bien comprendre, revoyons quelques notions de physiques à propos de la lumière (rien de bien méchant):

« Chaque source lumineuse a une température de couleur notée K (en Kelvin). Le soleil, qui a la température idéale, rendant les couleurs fidèles à la réalité à une température de 5600 K. Mais les lumières ayant une température plus basse, comme la lampe halogène (3200 K) donnera une dominante colorée orangée à votre image, et celles ayant une température plus chaude comme la LED (7000 K) donnera une dominante bleutée. »

balance-des-blancs-graphique(Dominante de couleur en fonction de la température de la source lumineuse)

Comment corriger le défaut qu’a notre capteur ?

Pour corriger ce défaut il faut réajuster la température de couleur de la source lumineuse, on peut le faire de deux manières différentes:

-La première manière la plus standard (celle que tout le monde utilise) est de régler votre appareil en fonction de la source lumineuse que vous utiliserez,

Soit en positionnant la balance des blancs en mode automatique, ce qui dans la majorité des cas marchera correctement,

soit en utilisant des prés réglages qui sont en général les mêmes sur tous les appareils (mode : incandescent, fluorescent, ensoleille, flash, nuageux,…) à régler en fonction de la lumière que vous utilisez,

ou soit pour les plus expérimentés d’entre vous, en utilisant le réglage manuel, ce qui demandera de choisir en fonction de l’éclairage que vous utilisez la température qui représente la lumière blanche (par exemple si l’on se trouve dans une pièce éclairée par une lampe halogène à 3200 K, on devra régler sa balance des blancs sur 3200 K. En faisant cette manipulation, on dit à son appareil « mes blancs sont à 3200K », ce qui aura pour effet de rétablir la dominante orangée de notre image).

Un dernier conseil, pour ceux qui filme ou shoote en RAW, ne perdez pas de temps à modifier la balance des blancs en prises de vues, faites le tranquillement chez vous, puisque ce format enregistre toutes les données reçues par le capteur.

-La deuxième manière (couramment utilisée en cinéma) est de s’attaquer à la source elle-même en utilisant des filtres colorés sur vos sources lumineuses appelées « gélatine » (ne jamais utiliser de filtres non conçus pour cet usage, au risque de les faire fondre), ou de placer un filtre en verre teinté sur la caméra.

Il en existe beaucoup (qui ont leur utilité), mais seulement deux vous seront utiles pour le moment: le filtre bleu (CTB) et le filtre orange (CTO), chacun d’eux existants en versions : Full, 1/2, 1/4 et 1/8 selon l’importance de correction à effectuer. Mais à l’inverse de la première manière qui demandait de définir la température du blanc, là on doit la compenser (reprenons le premier exemple, avec une lampe halogène de 3200 K, pour compenser sa dominante orangée, on utilisera un filtre CTB qui est de couleur bleue).

Pour conclure, la balance des blancs est un élément important pour réaliser de belles images. Je conseille vivement aux les débutants d’utiliser les prés réglages le temps de se familiariser avec. Puis quand vous vous sentirez plus à l’aise et souhaiterez passer à un niveau supérieur pour obtenir de meilleurs résultats (surtout en condition de lumières difficiles) de passer en mode manuel.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *