Alors que les métiers de cadreur, réalisateur, costumier… se retrouvent dans d’autres activités tel que le théâtre et la photo, le métier de monteur vidéo lui est spécifique au domaine du cinéma, mais ça ne l’empêche pas pour autant d’être un métier très intéressent.

Ce métier comme celui d’étalonneur et d’autres relèvent des métiers que l’on nomme de la « post-production », s’effectuent après le tournage des images d’un film, c’est en quelque sorte la dernière étape avant la sortie en salles d’un film. Le travail de chef monteur a évolué au cours des années, car maintenant il est indispensable de savoir utiliser les outils numériques (qui regroupent tous les logiciels de montage), alors qu’avant ça consistait à découper des pellicules pour les assembler à d’autres morceaux pour obtenir une longue pellicule finale qui était le film.

Le monteur vidéo devra selon les désirs du réalisateur même si c’est une collaboration des deux (réalisateur et monteur) à assurer une structure, une narration et un rythme cohérent, chose qui si elle n’est pas réussie se ressentira par le public en salle.

Les 5 étapes fondamentales du montage vidéo

  1. L’acquisition numérique, est la partie ou l’on devra après que tous les plans d’un film soient faits, à les récupérer et les stocker sur l’appareil (ordinateur, disque dur, …) où l’on a prévu de faire son montage.
  2. Le dérushage, c’est une fois les rushes (plans) d’un film acquis à faire du tri et supprimer ceux qui ne pourront pas servir au montage, et en plus de cela, il faudra  nommer tous les plans (valeurs de cadre, durée…). Cette étape est très importante car elle permettra de faire gagner du temps lors du montage.
  3. La construction, pour cette étape beaucoup de méthodes peuvent être employées, comme l’utilisation de post-it, de tableaux… Travail qui permet d’avoir un aperçu sur la structure du film.
  4. L’ours, est en quelque sorte la suite du travail de construction mais en plus approfondi et donne donc une idée du montage final.
  5. Le montage final, après beaucoup de réflexions et de modifications on finalise le montage en vérifiant qu’il n’y ait pas de faux raccords, pour qu’ensuite soit fait l’étalonnage, le mixage des sons, ajouter des musiques et mettre les titres plus le générique.

Le métier de monteur vidéo demande de la patience, d’être à l’écoute du réalisateur et en plus de cela d’avoir un esprit très créatif, pour montrer notre singularité à travers notre travail.

C’est un métier extrêmement passionnant qui n’a pas les désavantages du métier du réalisateur qui lui doit rendre des comptes aux producteurs en cas d’échec du film. Et comme l’on dit plusieurs théoriciens du cinéma : “ce qui fait du cinéma un Art c’est le montage”. Il y a donc pour eux (les monteurs) une fierté d’avoir participé à la mise en œuvre artistique d’un film.

 

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *