Différents plans de cadrage

Lorsqu’on choisit de faire une image il y a une chose importante à prendre en compte, c’est le cadrage. Pour comprendre cette notion, en voici une définition : « c’est l’action de choisir tout ce qui entrera dans les limites du cadre », cette définition peut paraître simple (Bateau), mais c’est comme ça que ça marche.

Il existe une infinité de manières de cadrer, mais ça ne veut pas dire qu’on peut faire n’importe quoi avec. Par exemple en cinéma il est impératif de choisir une valeur de plan à chaque fois qu’un sujet sera filmé. Cela permettra de garder une cohérence à travers le film, déterminer l’importance du sujet à l’intérieur du cadre, etc…

Voici 11 valeurs de plan à connaitre quand on veut faire du cinéma:

Plan général

Il situe une action dans son contexte géographique, on n’est pas obligé d’apercevoir les personnages (Il peut être par exemple un plan de la Terre).

lvdp-plan-general(Manhattan – 1979)

Plan d’ensemble

Il est plus précis que le « plan général », se focalisera sur un lieu. Même si le décor prend plus de place dans le cadre, on sera capable d’identifier les actions des personnages filmés.

(The Revenant – 2015)

Plan de demi-ensemble

Il se concentre sur un groupe d’humains (ou un humain) bien particulier, s’ils sont au milieu d’une foule il sera facile au spectateur de comprendre où il faut regarder.

(Citizen Kane – 1941)

Plan moyen (pied)

Le ou les personnages commencent à prendre une place importante au sein du cadre. Cadrés de la tête aux pieds (d’où le nom de cadre en pied en journalisme).

lvdp-plan-moyen(kill Bill – 2003)

Plan italien

Plan peu utilisé à nos jours, mais qui l’était dans les années 10-40, il est souvent remplacé par le plan américain. Focalise souvent un personnage en particulier, qui sera cadré jusqu’au mollet. Ce plan permettait de voir les épées dans les Péplums.

lvdp-plan-italien(Il était une fois dans l’Ouest – 1968)

Plan américain

On cadre le personnage à mi-cuisse, ce qui permettait dans les westerns américains de voir les colts des cow-boys, ils peuvent être ainsi filmés à deux dans le même cadre sans qu’on ait besoin de changer de plans constamment lors d’un dialogue (contrairement au champ contre champ). Le jeu des personnages est mis en avant, du fait que leurs visages seront plus visibles.

lvdp-plan-americain(Mort aux trousses – 1959)

Plan rapproché taille

Il coupe le sujet au niveau de la taille souvent à la ceinture, visant à créer une intimité avec le spectateur. Il met en avant la gestuelle et les expressions.

lvdp-plan-taille(Spider-Man – 2002)

Plan rapproché poitrine

Avec ce plan cadré au niveau de la poitrine (sous les aisselles), on commence à comprendre la psychologie du personnage, c’est un plan intime. Il est beaucoup utilisé en journalisme pour les interviews.

lvdp-plan-poitrine(Antoine et Antoinette – 1947)

Gros plan

On peut couper le personnage en haut des épaules. Ses émotions deviennent extrêmement visibles.

lvdp-gros-plan(Barry Lyndon – 1975)

Très gros plan

La caméra film une partie du corps du personnage en particulier (en général une partie du visage tel que les yeux ou la bouche).

lvdp-tres-gros-plan(The Tree of Life – 2011)

L’insert

C’est un gros plan sur un objet, il renseigne en général le spectateur sur un détail de l’histoire.

lvdp-insert(Inception – 2010)

2 thoughts on “Les différentes valeurs de plan

  • Vangu merveille

    salut,

    Répondre
  • Vincent Carbonneau

    Photographe et Motion designer sur Montpellier, je vous propose des prestations sur-mesure pour la communication de votre entreprise. N’hésitez pas à me contacter pour toutes questions ou devis 😉

    Répondre

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *